Week-end en Provence : cap sur Aubagne et Cassis (2e partie)

Deuxième étape de mon week-end provençal, Cassis, ses calanques et son vin.

Quittons Aubagne en direction de la mer. A 20 km de Marseille, Cassis est un charmant port de pêche, à l’abri du temps et de l’agitation : un véritable bijou provençal.

IMG_2086 IMG_2082 IMG_2081

IMG_2072IMG_2077 IMG_2027

Depuis 4 ans, Cassis célèbre la gastronomie fin septembre, lors des Vendanges étoilées. Ces rencontres gourmandes sont l’occasion d’assister à des leçons de cuisine orchestrées par des grands chefs, de déguster des menus spéciaux mis en place par les restaurateurs de la ville, et de fêter les vins de Cassis.

Affiche des Vendanges Etoilées de Cassis, 2013
Affiche des Vendanges Etoilées de Cassis, 2013

Cette année, les vendanges étoilées étaient parrainées par Régis Marcon.

Régis Marcon et son plus jeune fils, lors des Vendanges Etoilées de Cassis, le 28 sept. 2013
Régis Marcon et son plus jeune fils, lors des Vendanges Etoilées de Cassis, le 28 sept. 2013

Nous avons pu assister un cour magistral de pâtisserie, orchestré par Laurent Jeannin, chef pâtissier du Bristol qui nous a dévoilé les secrets de sa mousse au chocolat ( je vous donne la recette prochainement).

Le dessert phare servi au Bristol et créé par Laurent Jeannin, la cabosse de chocolat à la citronnelle
Le dessert phare servi au Bristol et créé par Laurent Jeannin, la cabosse de chocolat à la citronnelle

Etaient aussi présents Michel Portos, Christophe Bacquié, David Rathgeber ou Stéphanie Le Quellec.

Sur la terrasse de l'Office de tourisme de Cassis, Régis Marcon entouré de ses 2 jeunes fils et de Laurent Jeannin, chef pâtissier du Bristol. Un moment rare !
Sur la terrasse de l’Office de tourisme de Cassis, Régis Marcon son fils et de Laurent Jeannin, chef pâtissier du Bristol. Un moment rare !

La fête du vin de Cassis
Les vendanges étoilées sont aussi l’occasion de fêter le vignoble. Obtenue en 1936, l’AOC Cassis est une des plus anciennes de France.

Le vignoble de Cassis tient sur 210 ha, soit un mouchoir de poche. C’est dire si le vin de Cassis est précieux. Le blanc est majoritaire, à 80 %, il existe aussi du rosé (fameux) 15%, et une toute petite production de rouge (5%).
Si les domaines ouvrent leur porte à l’occasion des festivités, le reste de l’année, seul le Clos-ste-Magdeleine, le plus ancien de Cassis, accueille le public 2 fois par jour, tout au long de l’année (renseignement auprès de l‘office du tourisme).

DCF 1.0 IMG_2005 IMG_2006

Le Clos-ste-Magdeleine a la particularité de donner directement sur la mer, sous le Cap Canaille et s’étend sur 12 h. Il est donc situé au cœur du domaine national des Calanques. Il appartient à la famille Sack depuis 1976 , et si M. Sack est encore présent c’est son fils Jonathan et sa femme qui s’occupe désormais du vignoble. C’est un vin d’une rare finesse, qui séduit les chefs, notamment Alain Passard.

Le dimanche, les démonstrations culinaires laissent la place aux vignerons. Parés de leurs habits provençaux, les vignerons assistent à la messe dominicale à la suite de laquelle, sur le parvis l’église ils réalisent la danse de la souche au son des fifres et des tambourins. C’est l’occasion d’assister à de très jolies danses folkloriques.

IMG_2064 IMG_2061

Impossible de quitter Cassis, sans visiter les Calanques. En bateau, partons découvrir la « perle d’en Vaux », paysage de carte postale avec sa plage enchâssée entre les falaises, ou la minuscule Port Pin, et ses pins d’Alep, accrochés aux rochers.

IMG_2056 IMG_2047
Après une ballade d’1 h environ, on quitte le port pour se perdre dans la vieille ville et ses ruelles aux murs délavés. Les gourmands s’arrêteront à la pâtisserie Sucré Délices déguster un délicieux cake à la lavande.

Image subliminale...
Image subliminale…

Quant aux amoureux de senteurs, ils ne repartiront pas sans une halte à l’Eau de Cassis, créée en 1851 par Lorenzo Salvaire et remise au goût du jour et déclinées dans d’envoutantes senteurs par ses arrières-petits-enfants dans 2 très jolies boutiques.

Ou manger ?

Les bonnes tables ne manquent pas à Cassis. J’en ai testé 2. Romano et La Poissonnerie.

  • Romano, si la salle peut être bruyante certains soirs, la cuisine, elle n’est pas en reste. Aux fourneaux, Antoine Marret, jeune chef talentueux qui délivre une cuisine gastronomique inspirée, parfaitement maîtrisée. Soupe de poisson et vraie rouille (avec des pommes de terre et sans mayonnaises), filet de dorade au sésame, servi avec une salade croquante de fenouils aux agrumes, tout bonnement parfait, risotto aux moules façon paëlla, les produits de la mer sont ici bien traités. Les desserts avaient moins d’intérêt. Pour un menu, aux prix doux : 32 €.

Romano, 04 42 01 08 16.

  •  La poissonnerie,
    IMG_2083
    Attention concept original. Comme son nom l’indique, la Poissonnerie est avant tout… une poissonnerie. Ici, on pêche et on vend du poisson depuis 1850. Les photos de famille qui ornent les murs (et le menu) en atteste. Si Laurent est toujours à la pêche, Eric, lui a eu l’idée d’ouvrir la table, après s’être expatrié quelques temps à Paris. Ici le poisson est frais, cela va sans dire, la cuisine simple, mais délicieuse et si la carte est longue, ne vous énervez si un plat manque, c’est que « la pêche a été mauvaise » explique Eric. Les recettes viennent de sa grand-mère, et ici les supions à l’ail et tartare de poisson se dégustent sans modération. Pause déjeuner ici fortement recommandée !

La poissonnerie, Eric Gianettini, 6 quai Barthélemy, 04 42 01 71 56.

Envie d’une vraie bouillabaisse ?

  • Depuis 1980, la charte de la bouillabaisse a été créée. Elle garantit 6 poissons minimum : st-pierre, chapons, gallinettes, congre, baudroie, et poissons de roche : vives, rascasse…sa recette est simple : quand « ça bout, on baisse ! » La dégustation se fait en 2 temps : le bouillon, puis les poissons. La charte regroupe 15 restaurateurs entre Marseille et Cassis. Et ici, l’institution c’est chez Gilbert, qui existe depuis 1946 !

Chez Gilbert, 19 quai des Baux, 04 42 01 71 36.

Ou dormir ?

  • Hôtel de la Rade, à deux pas du port. Magnifique vue sur mer. Les chambres sont petites mais jolies et très confortables. Petit déjeuner pantagruellique (vrai plateau de fromages, gaufres maison, salade de fruits frais…). Agréable piscine.

Hôtel de la Rade, Cassis

Vous l’avez compris, Aubagne et Cassis sont deux destinations de choix pour une halte de quelques jours ou plus en Provence. Ca tombe bien, c’est bientôt les vacances de la Toussaint.

Remerciements à Christine Francia, de l’office du tourisme de Cassis.
Les photos de cet article sont originales et ne sont pas libres de droit.

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s