Profiterole Chérie, oh Oui !

Profiterole Chérie 1-©F.Mantovani
Une nouvelle pâtisserie… encore ? A Paris… encore ? Monothématique… encore ? Mais si je vous en parle, c’est que j’ai eu un vrai coup de cœur pour Profiterole Chérie de Philippe Urraca, meilleur ouvrier de France.

Philippe Urraca -©Richard Sprang

 

La profiterole, à priori, c’est un dessert de brasserie. Les choux (mous) sont garnis de (mauvaise) glace vanille et recouvert d’une sauce chaude au chocolat. Quand on les fait à la maison c’est déjà meilleur. La profiterole c’est ça et rien d’autre? Détrompez-vous et rendez-vous illico rue Debelleyme à Paris dans le 3e (ok il faut être parisien, mais le jour où j’y étais, il y avait aussi des Provinciaux venus tout spécialement goûter la spécialité maison).

Ici vous l’avez compris, c’est donc le royaume de la profiterole. « Cuits tous les 45 min, dans un four « ménager » tient à préciser Philippe Urraca. Ils sont servis et donc préparés à la demande et devant vos yeux ».
Il faut d’abord choisir entre la garniture, crème pâtissière ou glacée. Et ensuite la recette, près d’une dizaine. Un savant mélange de fruits, de crème, de biscuits craquants, de coulis dégoulinant. Aussi, si comme moi vous tiquez face au prix (6,90 € la profiterole) n’ayez crainte, elle les vaut vraiment tant la qualité est au rendez-vous.

Le jour de notre dégustation, nous étions trois et nous avons goûté :

  • La Mont-Blanc : association de cassis et de marron, orgie de crème, de coulis (marron et chocolat), de petites meringues, rien que de la décrire, j’en salive à nouveau !
    Ma Chérie Montblanc
  • La Paris-Brest : crème glacée aux noisettes, chantilly, noisettes craquantes…
    Ma Chérie Paris Brest
  • La Caramel

Les recettes sont ultra-gourmandes sans être écœurantes. Suave, sensuelles, très féminines, légères et aériennes, terriblement addictives.

Fraise, citron, fleur d’oranger,

Ma Chérie Citron Meringue Ma Chérie Fleur dOrange
on a envie de toutes les goûter et je compte bien y retourner, pour m’offrir un nouveau petit plaisir !

La dégustation se fait dans un adorable écrin (un peu trop rose bonbon, pour moi) ou dans la rue à emporter.

Profiterole Chérie 2-©F.Mantovani

Petit bémol, la merveille est servie dans un gobelet en carton jetable, alors qu’une jolie assiette à dessert serait tellement plus affriolante. « L’assiette entraînerait l’achat d’un lave-vaisselle, et une personne en plus, donc un prix plus élevé », explique Philippe Urraca. Dommage, nous en verrait très bien des petites assiettes vintage pour célébrer ce dessert si chou.

Profiterole Chérie,

17 rue Debelleyme, 75003 Paris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s