Chemin de Tables de Maylis de Kerangal, un récit à dévorer

Chemin de tables

Hello les amis,

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir le nouvel ouvrage de Maylis de Kerangal, Un Chemin de Tables. J’ai dévoré ce livre de la première à la dernière ligne, prenant autant de plaisir dans ma lecture qu’à la dégustation d’une savoureuse pâtisserie.

Dans ce récit court, on suit le parcours de Mauro, jeune étudiant en sciences-éco, qui cuisine depuis son plus jeune âge, sans jamais avoir pensé (osé?)  en faire son métier.
Et pourtant, de brasserie en cantine hype, de table étoilée  en auberge gourmande, ce jeune autodidacte va traverser tous types de cuisine, découvrant en même temps que nous, lecteur, la réalité du métier de cuisinier. Jusqu’à ouvrir son propre établissement, après une année en Erasmus au Portugal et obtenu son master en économie.

Les chapitres (12 en tout) sont courts, haletants. Chacun correspond à un établissement, un type de cuisine, une expérience.
Mauro, enfant qui réalise un dessert chaque soir en rentrant de l’école, après que sa grand-mère lui ai offert un ouvrage de pâtisserie (ça me rappelle quelqu’un…). Mauro ado, régalant sa bande de potes de pizza et de pâte bolo, maison. Interdiction d’aller au macdo ! Mauro, passionné, incollable sur les produits et voltigeant sur son vélo entre la fac et le restau où il travaille, finira par ouvrir son propre établissement, après avoir passé son CAP en autodidacte (blanquette de veau et bavarois). Le succès est là, la vie affective un peu moins, la cuisine c’est un vrai sacerdoce.

Et toujours, l’auteur, qui croise son héros tel un ange-gardien : dans un train qui file vers Berlin, vers Bastille en promenant des chiens, ou dans ce studio non-aménagé attenant à son restau. On en saura pas plus sur leur relation, et c’est très bien comme ça : le récit n’est pas là.

Une écriture ciselée, un vocabulaire précis, les détails sont là. De Berlin à Bangkok, en passant par Vanves ou Aulnay, la vie est là et le métier de cuisinier aussi. Pour sûr, le Mauro de Maylis de Kerangal existe vraiment, les lieux et les cuisines décrites aussi, tout comme ce parcours atypique qui mènent des bancs de l’université à l’espace clôt et restreint du billot de cuisine. On découvre au plus près le métier. Ce n’est pas du reportage, ni de l’autofiction. C’est du réel.

Pas pour rien que l’ouvrage s’inscrit dans la collection, dirigée par Pierre Rosavallon et Pauline Peretz, Raconter la vie. Des ouvrages incisifs, romancés mais inspirés de faits réels et d’histoire vraies qui racontent au plus près le monde actuel.

Croyez-moi vous ne pourrez décrocher de votre lecture après avoir ouvert ce livre. Et une seule hâte : découvrir le futur restau de  Mauro où il sera possible de partager avec ces voisins de table un « petit cochon de lait de table rôti ». La viande devrait être bonne, entre deux restaus, il aurait été « garçon-boucher à Vanves » !

Bonne lecture !  (cliquer pour lire un extrait)

Un Chemin de Tables, Maylis de Kerangal, Seuil, 7.90 €.

Publicités

Une réflexion sur “Chemin de Tables de Maylis de Kerangal, un récit à dévorer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s